Bienvenue à FONTAINE-FOURCHES   


 
  LA BASSEE / FAUNE et FLORE
 

  Les bestioles, bébêtes, bibittes* qui incommodent...
*"Le mot apparaît d’abord en flamand sous le forme de wimpel (foret, tarière) qui donne ensuite l’anglais wimble (vrille, vilebrequin) et l’ancien français guibelet, devenu guimbelet, puis guibet, désignait les moustiques, puisque la femelle pique comme si elle avait une vrille. 
  Au XVe siècle, guibet devient bibet en Normandie pour désigner le cousin, le pou et le moucheron ainsi que bibiss en wallon pour le pou, bibio en latin. En Nouvelle-France, le terme bibet évolue naturellement vers bibite ou bébitte pour désigner les insectes.
  Cette hypothèse, peu reprise, coexiste avec une hypothèse plus populaire, selon laquelle il s'agirait d'une simple déformation de bébête.
 Wiktionnaire

                                               LES ARTHROPODES*  
                   * Les arthropodes ("aux pattes articulées"), faute de colonne vertébrale, font partie du groupe des invertébrés.
                                                               
                                               LES ARACHNIDES
 (du sous-embranchement Chelicerata)
  Avec un corps divisé en 2 parties et 4 paires de pattes, ils ne possèdent ni antennes ni mandibules mais présentent une paire de chélicères (appendices articulés et préhensibles) et des pédipalpes (à rôle sensoriel) sur le capitum.
  Ils forment "une classe d'arthropodes chélicérés, terrestres ou aquatiques, souvent insectivores. C'est le groupe qui comprend, entre autres, les araignées, les scorpions et les acariens. Ils se distinguent au sein de l’embranchement des arthropodes par le fait qu'ils possèdent quatre paires de pattes, qu'ils n'ont ni ailes ni antennes, et que leurs yeux sont simples (ocelles) et non composés.
  La plupart des arachnides sont
ovipares et les sexes sont généralement de morphologies distinctes."[Wikipedia].
  Leur respiration est aérienne.

                                                 
                                                  Les arachnidés qui ne piquent ni ne mordent

  "Les Opilions, mieux connus sous le nom vernaculaire de « faucheurs » ou « faucheux » (peut-être en raison du fait qu'ils apparaissent dans les champs à l'époque des moissons et ont des pattes agissant comme des faux) sont un ordre d'arachnides, comme les araignées, les scorpions ou les acariens.
  Le nom opilion provient du latin opilio et signifie « berger de brebis », qui a possiblement comme origine les pâtres qui se tiennent sur des échasses dans certains pays. Le nom a été donné par Martin Lister (1638–1712), en référence au nom vernaculaire anglais shepherd spider, « araignée bergère ». Parmi les Opilions, il y a le faucheux, que l'on trouve souvent dans les jardins ou la forêt.

  Les opilions se distinguent des araignées par l'absence de venin et de soie et par le fait que leur abdomen segmenté et leur céphalothorax sont soudés, formant un corps brunâtre ou grisâtre, globuleux et mou, de 1 (Sironidae) à 22 mm." [...]
 Contrairement aux araignées, qui ne consomment que le produit de leur chasse, les opilions peuvent se nourrir de cadavres d'insectes et d'autres petits animaux. Opportuniste, le régime alimentaire des opilions est généralement omnivore (carnivore7, détritivore, végétarien). [Wikipedia]
 Les arachnidés parasites, qui piquent ou qui mordent

  Les aoûtats
  Ce sont les larves d'acariens de la famille des trombiculidés : Thrombicula autumnalis, est appelé aussi trombidion, rouget, puron ou vendangeon
  Les aoûtats abondent dans les champs en été. Ils mesurent moins de 2mm. La larve, de couleur rouge-orangée, mesure 0,2mm, ne possède que 3 paires de pattes.
  Parasites hématophages de vertébrés à sang chaud, dont l'homme, les larves utilisent leurs chélicères pour percer la peau, injecter des enzymes lytiques dans sa couche vivante supérieure, et se nourrir de sucs tissulaires durant 2 à 10 jours ; elles créent alors, au niveau des plis, des lésions très prurigineuses qui, parfois, provoquent de la fièvre. Les démangeaisons, qui apparaissent dans un temps de 20 à 30 heures, peuvent durer 7 jours, une fois la larve décrochée et retournée au sol. Là, en 5 à 6 semaines, elle se transforme en nymphe à huit pattes, de forme très proche de l'acarien adulte.
  A noter que, néanmoins, comme les tiques, les aoûtats peuvent aussi se nourrir sur des animaux à sang froid, tels les lézards, les orvets, les serpents.
             
   Les tiques 
   Chélicérates parasites, elles sont rangées dans la sous-classe des acariens, ordre des ixodida. Cet ordre, d’après différents auteurs, se divise en 3 super-familles, réparties dans 2 sous-ordres : 
 - d’un côté celui des Ixodina, ou tiques dures, comportant près de 670 espèces dans le monde.
 - de l'autre côté, les Argasina encore appelées tiques molles, qui comporteraient environ 170 espèces.
  Elles passent par 4 étapes : l’œuf, la larve, la nymphe puis l’adulte, femelle ou mâle.
  Elles présentent un corps divisé en deux parties ; les stades (ou stases) nymphe et adulte ont 4 paires de pattes locomotrices mais

3 paires à la stase larvaire.  
  Les tiques sont "des acariens ectoparasites de vertébrés (y compris vertébrés à sang froid tels que lézards, serpents, tortues).
  Elles passent une partie de leur cycle au sol (éclosion, métamorphose et quête d'un hôte), et une autre partie (deux ou trois stades) ancrées sur la peau de mammifères (sauvages et d'élevage), d'oiseaux ou de reptiles, se nourrissant de leur sang grâce à un rostre. Elles peuvent à cette occasion transmettre à leurs hôtes de nombreux agents pathogènes connus (virus, bactéries, protozoaires, nématodes) responsables des maladies vectorielles à tiques, et parfois des neurotoxines (responsables de paralysie à tiques). L'homme peut développer des allergies à leur salive.
  Ce sont surtout les femelles adultes nourries, ou en train de se gorger de sang qui sont les plus repérables, car bien plus grosses que lors des autres stades de développement. " [Wikipedia]
  La forme, la taille et la couleur des tiques varient beaucoup selon l'espèce et son stade de développement ; mais leur corps, qui n'est pas segmenté en 3 régions comme chez la plupart des arthropodes, est toujours ovalaire et leur tête est prolongée d'un rostre équipé de deux chélicères.
   Transmise par la morsure de tiques infectées, la borréliose est encore peu connue et souffre de tests déficients.
  La maladie de Lyme, ou «borréliose de Lyme*», responsable de troubles neurologiques, de douleurs arthritiques et d'atteintes de la peau est une maladie bactérienne qui touche l'être humain et de nombreux animaux.
 
*du nom de la ville de Lyme (Connecticut) où elle a pour la première fois été suspectée vers 1975
  Les tiques, qui pompent les germes pathogènes, non seulement sur les rongeurs, mais aussi sur de grands mammifères (cerfs, chevreuils, sangliers) peuvent transmettre deux borellies différentes en une seule morsure ; mais la principale bactérie responsable de l'infection est plus précisément Borrelia burgdorferi.
 Depuis 2016, elle a contaminé 33 000 personnes. Très mal diagnostiquée, elle se propage à grande vitesse en France.
 La victime présente en effet des symptômes similaires à d'autres maladies telles que la sclérose en plaques ou la fibromyalgie.
 La "Grande Imitatrice" constitue un véritable casse-tête pour le corps médical. Diagnostiquée tardivement, elle peut occasionner des dégâts dramatiques comme une paralysie faciale, des douleurs musculaires ou encore des problèmes cardiaques...
 
Pour en savoir plus :
Documents audio-visuels
"Tiques, la grande traque" documentaire de Stéphanie Rathscheck, diffusé le Jeudi 15 juin 2017 à 23h45 sur France 5 durée : 50’ 49’’  Replay : - sur Dailymotion < Tiques, la grande traque >
                   - sur Youtube : < Tiques, la grande traque >
 "Maladie de Lyme, épidémie ou psychose" / France 5 le 30/5/2017. Enquête de santé.  Débat animé par Michel Cymes, Marina Carrère d’Encausse et Benoît Thevenet
  visible aussi : - sur Lyme sans frontières *Maladie de Lyme, épidémie ou psychose 
                     - sur Youtube :   Maladie de Lyme, épidémie ou psychose  
 Livres :
·
  La vérité sur la maladie de Lyme  Pr Christian Perronne - Ed. Odile Jacob, janvier 2017 
 ·  L'affaire de la maladie de Lyme : une enquête - Chantal Perrin, Roger Lengle - Ed. Actes Sud, avril 2016  
  Maladie de Lyme, empoisonnement aux métaux lourds, NON ce n'est pas dans ma tête... ni dans la vôtre ! Sophie Benarrosh - Ed. Leduc, mai 2017

 
Internet :
Ministère de la santé :
Présentation du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques adopté le 29 sept. 2016 par Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé.  
Santé Publique France [= Institut de veille sanitaire (InVS) + Institut de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes)] :
Dossier thématique présentant une synthèse de la surveillance de la borréliose de Lyme et des études réalisées
Un site :  Lyme Santé Vérité - Site d'information sur la maladie de Lyme dans sa forme chronique
 * Créée en mars 2012. l'association (L.S.F. = Lyme Sans Frontière) compte plus d’un millier d’adhérents. Elle soutient et conseille les personnes atteintes face au déni des autorités publiques et médicales et l‘incurie qui en résulte... 

                                                                LES INSECTES  

                                                           - insectes 1. néoptères 

                                                        - insectes 2. hyménoptères

                                                        - insectes 3. papillons      

  La Bassee : Faune & Flore - sur le site

                   Activer le lien propre à chaque rubrique pour ouvrir la page

La Bassee   1. Arachnofaune (arachnidés)

La Bassee   2. Entomofaune  I  - insectes 1. néoptères

La Bassee   3. Entomofaune II  - insectes 2. hyménoptères

La Bassee   4. Entomofaune III - insectes 3. papillons

La Bassee  5. Carcinofaune (Crustacés)      page en cours d'élaboration

La Bassee  6. Malacofaune (mollusques)     page en cours d'élaboration 

La Bassee  7. Ichtyofaune (faune piscicole)  page en cours d'élaboration

La Bassee  8. Herpétofaune (reptiles, amphibiens & batraciens) page en cours d'élaboration 

La Bassee   9. Avifaune (oiseaux)

La Bassee 10. Faune mammalienne (mammifères)

La Bassee 11. Flore

 
MELANGES / MISCELLANEES [extraits]
 - LES MOULINS : Généralités 
 - LE COUT DE LA VIE :  les valeurs des monnaies.
 - TRADITIONS LOCALES :  La Fête de la Rosière
 - SPECIALITES REGIONALES :- horticoles : la rose de Provins
                                                        - gastronomiques : la moutarde de Meaux/Pommery, les niflettes, les fromages de Brie,
                                                                    la soupe champenoise
                                                        - sucrées :  Les sucres d’orge des religieuses de Moret  -  Les bonbons au coquelicot
                                                        - viticoles : le vignoble francilien - le raisin Noah (ou Noa) ou "framboisie"
- LINGUISTIQUE - TOPONYMIE :- Les moulins sur l'Orvin  et le ruisseau de Charriot
                                                            - Polémiquel'Yonne coule à Paris et  Montereau-Fault-Yonne devrait s'appeler Montereau-Fault-Seine
                                - LEXICOLOGIE : - Vocabulaire
                                                            Le Patois briard - vocabulaire
                                                            Le Patois briard - expressions 
    Compléments                                                                    ▼                                                                                       ►                   ◄MELANGES / MISCELLANEES 1- page complète  ◄           ►     MELANGES / MISCELLANEES 2- page complète                ►
                                                                                          ▼                                                                                                                                                                     retour : le plan du site

Actualités

Communautés de Communes de la Bassée 12, rue Joseph Bara - BP 13 - 77480 BRAY Sur SEINE     tél 01 60 67 09 11
 e-mail: communautés-communes-bassee@orange.fr     /    site internet :  http://cc-bassee.fr