Bienvenue à FONTAINE-FOURCHES


 Histoire de FONTAINE-FOURCHES
La famille Jouvenel des Ursins
Dans les titres originaux, les formes ordinaires du nom sont Jouvenel, ou Juvenel, au lieu de Juvénal.
  • Jean Jouvenel des Ursins ou Jean Juvénal des Ursins, (né vers 1360 + 01/04/1431), issu d'une famille champenoise (son grand-père était drapier à Troyes ; Pierre, son père, magistrat, épousa une fille de Thibaut d'Assenay, vicomte de Troyes), Fidèle du dauphin (futur Charles VII), seigneur de Traynel, Mormans, Valmartin, Saint-Nom, La Bretèsche, et Crespières.                                                                                                                                        Il commença sa carrière comme avocat à Troyes.                                                                                                 Son mariage (30/06/1386) avec Michelle de Vitry, nièce de J. Le Mercier, sire de Noviant, conseiller financier du gouvernement des Marmousets du roi Charles VI, lui procura des protections puissantes.                                      Nommé prévôt des marchands de Paris («garde de la Prévôté des marchands pour le Roy» 1388, 1389), il occupa ces fonctions jusqu'en 1400 et y rendit de si grands services que la ville lui donna l'hôtel des Ursins. Chevalier, il fut ensuite avocat général au parlement.                                                                                                                         Il contribua à faire donner la régence du royaume de France à Isabeau de Bavière en 1408. Très attaché à la maison d'Orléans il s'attira ainsi l'inimitié des ducs de Bourgogne. Après l'assassinat de Louis Ier d'Orléans (novembre 1407), il prit parti pour les Armagnacs et combattit les Cabochiens. Lors des massacres perpétrés le 28 août 1413 par ces derniers, il eut la vie sauve par miracle.                                                                                                          Libéré, il fut quelque temps chancelier du dauphin Louis( 1413), duc de Guyenne et président de la Cour des aides (1417). Proscrit par les Bourguignons quand ils redevinrent maîtres de Paris (mai 1418), il s'enfuit à Poitiers, avec le dauphin Charles (futur Charles VII), mais ses biens furent confisqués.                                                                    Le dauphin le nomma maître des requêtes au parlement de Poitiers (septembre 1418) puis président du parlement de Toulouse (1420). Revenu peu après à Poitiers, il y resta jusqu'à sa mort.                                                          Après le recouvrement de Paris (avril 1436), Michelle de Vitry revint avec ses enfants dans cette ville, où elle mourut en 1456. Elle fut inhumée à Notre-Dame, dans la chapelle de Saint-Remy, où avaient été transférés les restes de son mari. Les statues de Jean Jouvenel et de sa femme qui ornaient le magnifique tombeau élevé par leurs enfants, sont aujourd'hui au musée de Versailles.                                                                                                             Parmi les seize enfants nés de son union avec Michelle de Vitry naquirent neuf garçons dont : 
  • Jean II Jouvenel des Ursins, historien, diplomate et prélat français, (13/09/1388 + 14/07/1473).                             Il fit une brillante carrière dans les ordres et dans la diplomatie et est surtout connu comme historien de Charles VI. Sa Chronique (1380-1422), rédigée à Poitiers, du vivant de son père, est une des sources les plus précieuses pour l'histoire de cette époque. Il a laissé beaucoup d'autres écrits (épîtres, discours, sermons ; Traité de l'Office du chancelier; Discours touchant les questions et différends entre les rois de France et d'Angleterre, etc.) qui abondent en détails curieux et utiles. C'est lui qui latinisa le nom de Jouvenel en Juvénal, y ajoutant le nom d'Ursins (tendant à établir, pour rehausser la noblesse récente de la famille, une prétendue parenté avec les Orsini).                          Après avoir étudié le droit civil et canonique, il fut nommé maître des requêtes (1418), puis avocat général au parlement de Poitiers (août 1425). Il revint chapelain de Charles VII, archiprêtre de Carmaing, doyen d'Avranches, conseiller du roi et fut envoyé en ambassade à Rome auprès d'Eugène IV. Il succéda, comme évêque de Beauvais, à P. Cauchon (24 avril 1432), et fut sacré à Rome par la cardinal J. Orsini (24 mars 1433). Il avait laissé sa charge d'avocat général à son frère Jacques, pour mieux s'occuper de son église.                                                                              Il prit part aux négociations du traité d'Arras (1435). Après le recouvrement de Paris, il fut élu conservateur des privilèges de l'Université. En 1444, il fut nommé évêque de Laon, puis, en 1449, archevêque de Reims, en place de son frère puîné, Jacques. Il prit possession de cette métropole, par procureur, le 13 mai 1449, et en personne, avec les solennités ordinaires, le 27 juin suivant.                                                                                                               Son savoir, ses talents, sa grande autorité lui permirent de jouer un rôle considérable, soit dans les affaires de l'Église, soit dans beaucoup d'autres circonstances importantes : aux États d'Orléans (1439), aux conférences de Meaux (1446) et de Paris (1447), dans la capitulation de Rouen (reprise aux Anglais par Charles VII le 10 novembre 1449) [ envoyé à Rouen par le roi, pour traiter avec l'archevêque et le peuple de la reddition de cette ville, il conduisit cette affaire avec tant de dextérité que les Anglais furent entièrement repoussés et toute la province soumise], aux assemblées de Chartres (mai 1450), dans des missions auprès du duc de Bourgogne en 1451 et 1452, dans le procès de Jacques Coeur (1451-1453). Il assembla en juillet 1455 un concile provincial à Soissons, dans les actes duquel il prit le titre de légat-né du saint-siège, ce que ses successeurs ont ensuite constamment imité.           Mandaté par le pape Callixte III, il présida le tribunal qui invalida la sentence prononcée contre Jeanne d'Arc (1456). Il intervint dans la querelle entre l'université de Paris et les ordres mendiants (1457) et dans le procès de Jean II d'Alençon (compagnon de Jeanne d’Arc, condamné à mort en août 1458 ; Charles VII décida de différer l’exécution à son bon plaisir, enfermant le duc d’Alençon dans la forteresse de Loches).                                                                Après avoir sacré le nouveau roi Louis XI de France en la cathédrale de Reims (15 août 1461), il fut tenu à l'écart : la franchise et la hardiesse de son langage déplurent au nouveau roi.                                                                            Il ne put ni empêcher la révolte fiscale dite de la Miquemaque à Reims (sédition des artisans, au mois de septembre 1461, contre la gabelle du sel : les commissaires, chargés par le roi d'établir cet impôt, furent tués).                         Lors de la ligue du Bien public (1465), il fut l'un des 36 commissaires chargés de la réformation du royaume.              Il parut encore aux Etats-généraux du royaume tenus à Tours en 1467 et de Poitiers en 1469, mais, ensuite, il ne quitta plus Reims, où il mourut en 1473. C'est de son temps, vers l'an 1465, que la musique s'est introduite dans cette métropole. Il fut inhumé, selon ses dernières volontés, devant le maître-autel de sa cathédrale. 
  •  Guillaume Jouvenel des Ursins (né à Paris le 15 mars 1401, mort le 23 juin 1472) : baron de Trainel, seigneur et baron de Marigny, nommé chancelier de France en 1445 par Charles VII et maintenu à cette charge par Louis XI, après une brève mise à l'écart. Il avait épousé, en 1423, Geneviève, une fille de Macé Héron, trésorier des guerres de Charles VII, dont il eut plusieurs enfants, dont :                                                                                                  - Jacqueline Jouvenel des Ursins épousa Jacques de Beaujeu en Forez, seigneur de Lignières et d'Amplepuis, conseiller du roi, mort en I488, [d'où est issu Philibert de Beaujeu,seigneur de Lignières et d'Amplepuis, sénéchal du roi en Auvergne,mort sans postérité en I542 qui épousa en 1501 Catherine d'Amboise, alors veuve de Christophe de Tournon, Catherine d'Amboise, de nouveau veuve, remariée en I542 à Louis de Clèves, comte d'Auxerre,mourut en I549]. C'est elle qui, le I8/3/I542, veuve de Philibert de Beaujeu, a fait donation à François Juvénal des Ursins et François Desmier de Trainel-en-Champagne près de Nogent-sur-Seine (Aube) de, terre, château et seigneurie et 1000 livres tournois sous réserve que Louis de Clèves meurt avant elle.                                                                                et                                                                                                                                                                         - Jean Jouvenel des Ursins, baron de Trainel, conseiller au Parlement le 22/6/I463, office qu'il résigne en juillet I485, qui mourut sans enfants au château de Trainel le 08/05/I492. Il avait épousé le 02/09/I484 Louise Disome, fille d'Antoine Disome, secrétaire du roy et de Sibille de Roffey].  Guillaume, comme ses frères Jean et Jacques, avait étudié le droit ; mais à la carrière ecclésiastique, il préféra le métier des armes et fut conseiller au parlement de Poitiers. Après avoir été bailli de Sens (1437), puis de Troyes et lieutenant de R. de Gaucourt dans le Dauphiné, il succéda, comme chancelier de France, à Regnault de Chartres (16 juin 1445).                                                                                                                                                                                               Guillaume, comme ses frères Jean et Jacques, avait étudié le droit ; mais à la carrière ecclésiastique, il préféra le métier des armes et fut conseiller au parlement de Poitiers. Après avoir été bailli de Sens (1437), puis de Troyes et lieutenant de R. de Gaucourt dans le Dauphiné, il succéda, comme chancelier de France, àRegnault de Chartres (16 juin 1445) .                         ·                                                      

                                                                                                                   





             Un portrait de cet éminent personnage, a été peint par Jean Fouquet vers 1460-1465.
  • Michel Jouvenel des Ursins (15/01/1408-1409-13/04/1471 ou 1480) : seigneur de la Chapelle-Gautier et de Doüe en Brie, seigneur de Marigny, bailli  de Troyes (1455-1461 et 1465-1470) révoqué puis rétabli par le Roi, évoqué comme «exécuteur testamentaire» par François Villon, marié (25/11/1446) à Yolande de Montberon (fille de François de Montberon,seigneur de Mirambeau et de Louise de Clermont, dame de Mortagne-sur-Gironde) 10 enfants  nés de cette union dont :                       
    - Jean Jouvenel des Ursins (né vers 1465 + après 1537/39 seigneur de La Chapelle-Gauthier, premier président du parlementde Rouen (1539) ; époux de Louise de Varie.
    - Louis Jouvenel ( né ~1450 + après 1519), licencié en droit civil, archidiacre de Champagne, chanoine de Notre-Dame de Paris, Conseiller clerc au Parlement(1493-1519).
    - Jeanne Jouvenel, 1) veuve sans enfants de Guichard, seigneur d'Appelvoisin dans les Deux-Sèvres                                                          2) épouse de Jean Desmiers de Marigny, écuyer, seigneur du Breuil et de Lobroire capitaine en Périgord vers 1462)
    - Antoinette Jouvenel des Ursins, décédée le I7/IO/I5I5 épousa, le 09/09/1482, Pierre de Choiseul, baron de Clémont et de Montaiguillon, premier Chambellan de François II, duc de Bretagne, mort en I5O5.                                               
  • Jacques Jouvenel des Ursins (14/10/1410 + 1455 ou 12/03/1457) : Archidiacre de Paris, président de la chambre des comptes, avocat du Roi au parlement de Paris, rétabli (12/1436), archidiacre de Paris(1440), chanoine de la Sainte-Chapelle de Bourges, président de la Chambre des comptes (1444).                                                            
     Il reçut du roi un canonicat de l'église de Reims, qui, le rendant éligible, le fit choisir pour archevêque le 25 octobre 1444. Il prit solennellement possession de sa métropole au mois de janvier 1445, puis  se démit de ce siège en faveur de son frère (cf Jean II).                                                  
    Il fut chargé la même année par le roi de plusieurs négociations ; et, à son retour, en 1447, il assista à l'assemblée de Bourges, tenue pour faire reconnaître Nicolas V, par Amédée de Savoie.                                                                
    Il se comporta si bien dans les négociations confiées à ses soins, qu'il en fut récompensé par la dignité de patriarche d'Antioche au mois de mars 1449 après avoir travaillé avec beaucoup de zèle pour faire cesser le schisme.               
     Il fut aussi fait administrateur de l'église de Poitiers, du prieuré de Saint-Martin-des-Champs, et de l'évêché de Fréjus.
S'illustrent ensuite :
 
           François Jouvenel, (né vers 1492 + 26/04/1547), seigneur de Traynel et de La Chapelle-Gautier, [fils de                                 Jean Jouvenel des Ursins (1465 + après 1537/39) et de Louise de Varie], a épousé Anne L’Orfèvre d’Orfeuil, dame                   d’Ermenonville (fille de Bertrand L’Orfèvre et de Valentine Luillier).
              Sa sœur, Jeanne Jouvenel des Ursins + 1544 a épousé le 13/06/1509 Alpin de Béthune (+ 12 ou 16/09/1546) seigneur                   de Baye, baron de Mareuil, fils de Jean III de Béthune et de Jeanne d’Anglure.
              Le I8/3/I542 Catherine d'Amboise, veuve, a fait donation à François Juvénal des Ursins et François Desmier de                         Trainel-en-Champagne près de Nogent-sur-Seine (Aube), terre, château et seigneurie et 1000 livres tournois sous                     réserve que Louis de Clèves meurt avant elle.
  • Christophe Juvénal des Ursins (né vers 1525 + 1588), fils de François et de Anne d'Orfèvre, baron puis marquis de Traynel, seigneur de La Chapelle, de Doue et d'Armenonville, Gouverneur de Paris, Lieutenant-Général de l'Île de France.          
    Il a été fait Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit / Première Promotion (21 décembre 1578) par Henri III, instituteur de l'Ordre. Il a  épousé, en 1557, Madeleine de Luxembourg (fille d’Antoine II de Luxembourg, comte de Brienne, et de Marguerite de Savoie).                                                                                                                                      Sa soeur, Anne Jouvenel des Ursins (née vers 1525) a épousé :                                                                                 1) Guillaume de Lannoy, seigneur de Boissière 2) Charles d’Ongnies, comte de Chaulnes, Gouverneur de Péronne.
  • François Juvénal des Ursins,fils de Christophe, (né vers 1560 + 1650), marquis de Trainel et de Doué, colonel de Reîtres français, maréchal des camps et armées du Roi, ambassadeur en Angleterre, a été fait Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit / Quatrième promotion (2 janvier 1599) ; il a épousé Guillemette d’Orgemont (née ~1560), fille de Claude d’Orgemont, seigneur de Méry, et de Madeleine d’Avaugour.
  • Constant-Esprit Juvénal d'Harville des Ursins (décédé le 11 juillet 1726) marié le 24 mai 1717 à Louise Madeline Leblanc (décédée le 13 Avril 1746) héritière des terres que le sieur Claude Le Blanc, secrétaire d'état du département de la défense, avait acheté en 1720 : Villers-au-Tertre, Bugnicourt, Monchecourt et Fressain etc.
  • Claude-Constant Juvénal d'Harville des Ursins , fils du précédent, né le 12 mars 1723 à Versailles, est mort le 6 octobre 1794) : lieutenant-général (grade équivalent à Général de brigade) des armées du roi (grade équivalent à Général de brigade), décoré (chevalier, Grand-Croix & Commandeur de l’Ordre de Saint-Louis en 1781), grand bailli d’Ostreven, il est plus communément appelé "le marquis de Traisnel".                                                                       La bénédiction de son mariage avec Marie-Antoinette Gouyon eut lieu dans la chapelle de l'hôtel de Matignon. Nommé mousquetaire le 23 décembre 1738, il fut promu capitaine de cavalerie au régiment du Dauphin le 11 juin 1740. Le 11 mai 1745, il fut à la bataille de Fontenoy, puis aux sièges des villes et citadelles de Tournai, Dendermonde, Audenarde et Ath. A la mort de sa mère, le 14 avril 1746, il hérita de ses terres. Le 25 juin 1746, le Marquis de Trainel est cité sous la qualité de Seigneur d'Iwuy, Viller, Bugnicourt, Monchecour, Fressain et Hordain. Il s'installera au Château de Villers en 1760. En 1773, il fonde, pour "exploiter provisoirement pendant un an, les mines de charbon qu’il a découvertes dans ses terres de Villers-au-Tertre, Bugnicourt, Monchecourt et Fressain", "L’Association des fosses de Villers-au-Tertre", qui, en 1778, deviendra la Compagnie des mines d'Aniche et sera la seconde compagnie charbonnière de France. Le Marquis de Traisnel fut également le parrain, par procuration, du général d'Empire Claude Corbineau[Claude Louis Constant Esprit Juvénal Gabriel Corbineau], dont le nom figure sur la face ouest de l’arc de triomphe de l’Étoile à Paris.         
  • Louis Auguste Juvénal des Ursins d'Harville, fils du marquis de Trainel né le 23 avril 1749 à Paris, est mort le 8 mai 1815 à Lizy-sur-Ourcq (S & M), et inhumé au cimetière de Doue (canton de Rebais - arrondissement  de Provins - S & M), son ancienne seigneurie : comte d'Harville - premier écuyer de l'Impératrice Joséphine - général de division. Son nom est inscrit sur la cinquième colonne de l'Arc de Triomphe de l'Etoile, pilier Nord ).                                          Il vendit le château de Villers-au-Tertre le 6 mai 1809 à Joseph Houdart, pour 30.000 Frs.  
  • Henry de Jouvenel des Ursins, baron, (né le 5 avril 1876 à Paris, mort le 5 octobre 1935 à Paris) : journaliste (rédacteur en chef du journal Le Matin) et homme politique français (plusieurs fois ministre de la Troisième République) ; épouse en 1912, Colette,journaliste et écrivain, qui se sépare de lui en 1923, après avoir entretenu une liaison avec son fils Bertrand de Jouvenel, issu de son premier mariage avec Claire Boas ; le couple divorce en 1925 : de leur union est née Colette de Jouvenel (1913-1981), surnommée Bel-Gazou. 
  •  Bertrand de Jouvenel des Ursins (fils d'Henry - né le 31 octobre 1903 à Paris, mort le 1er mars 1987 à Paris) : écrivain et journaliste français, juriste, politologue et économiste. Penseur libéral, il fut avec Gaston Berger, un des pionniers et théoriciens de la prospective en France. Il fonda la revue Futuribles, consacrée à la réflexion sur les futurs possibles. Il fut également un pionnier de l'écologie politique [cf Wikipedia].
  • Hugues de Jouvenel, (fils de Bertand - né le 2 juillet 1946 à Lausanne - Suisse) : directeur général du Groupe Futuribles. Directeur-rédacteur en chef de la revue Futuribles                             
A consulter : article de E. Cosneau in Encyclopédie Imago Mundi [cosmovisions.com/JouvenelUrsins.htm]
                   
BIBLIOTHÈQUE SACRÉE ou DICTIONNAIRE UNIVERSEL HISTORIQUE, DOGMATIQUE, CANONIQUE, GÉOGRAPHIQUE et  CHRONOLOGIQUE DES                                              SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES; Catalogue des évéchés de France. [Ouvrage numérisé par Google].
                   Encyclopédie Wikipedia


                 RETOUR   Page Histoire de FONTAINE-FOURCHES                                                                            

Actualités