Bienvenue à FONTAINE-FOURCHES

                                                                               ▼
                                                                         LES OLEAGINEUX

    So m m a i r e :
 LE PAVOT NOIR (L'OEILLETTE)
 
L'HUILE D'OEILLETTE
 LES AUTRES HUILES
 LES MOULINS A HUILE ENCORE EN ACTIVITE EN FRANCE 
    Liens Annexes :
 
 LES PAVOTS (1) : LA FAMILLE DES PAPAVERACEAE
 LES PAVOTS (2) : LES ESPECES DE PAPAVERACEES DU GENRE PAPAVER : les pavots des jardins et les pavots "sauvages"
 
LES PAVOTS (3) : QUELQUES PAPAVERACEES DE GENRES AUTRES QUE PAPAVER
    
    Le pavot noir ou "oeillette" [Papaver somniferum, variété nigrum]

 Cet oléagineux a presque disparu du paysage de nos campagnes, depuis que de nombreuses variétés d'huiles garnissent les rayons des magasins d'alimentation.
 On utilisait, au siècle dernier, et ce, jusqu'en 1945, au nord de la Seine, dans tout le bassin minier et en Belgique
, l'huile d'oeillette comme huile de table de consommation courante.
  Or, on ne la trouve plus, aujourd'hui, que dans les maisons d'alimentation diététique, grâce à la faculté qu'elle aurait de dissoudre les lithiases. 
.
  Le déclin de l'oeillette a commencé, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, dès que l’auto-approvisionnement en huile de la population ne s’est plus avéré nécessaire. Il est lié, principalement :
- d'une part, 
à la concurrence du colza, qui obtient des rendements plus élevés en surface, et qui peut être récolté mécaniquement.
- et
, d'aute part, à la restriction légale de la culture de cette variété de papavéracée : si la graine ne contient aucun alcaloïde toxique, en revanche, comme tout  pavot, son latex renferme l'opium.
 Aujourd'hui donc,
les agriculteurs qui en assurent la production la cultivent dans un cadre strict et sévèrement contrôlé :
- à titre comestible, pour les graines (destinées à
la boulangerie et à la patisserie) et pour l'huile, par contrats passés avec des semenciers céréaliers
-
à titre curatif, pour l'opium et ses dérivés, par contrats passés avec des laboratoires pharmaceutiques.
  Culture
 
 «Bien qu'il existât plusieurs variétés de cette plante, on cultivait principalement le pavot-oeillette ordinaire, dit "ouvert". Les semis s'effectuaient avec un semoir à betteraves, ce qui obligeait, en raison de la finesse de la semence, à la mélanger avec du sable. Après la  levée, une fois les plantes déjà bien développées, un éclaircissage à 10 ou 12 cm devenait nécessaire : il suffisait, ensuite, de maintenir le terrain en bon état de propreté par des sarclages, jusqu'à la montaison des tiges.  
  Alors les grandes fleurs violacées au parfum opiacé pouvaient s'épanouir...
  Les capsules leur faisaient suite, qui mûrissaient généralement après la moisson. Il suffisait d'en agiter une pour l'entendre sonner, et de la pencher sur la paume de sa main pour voir apparaître les graines grises bien sèches. 
  C'était le signal de la récolte.
  Elle s'effectuait manuellement : on cassait les capsules, tout en les recueillant dans un tablier, pour éviter la perte des fruits qui sortaient librement par les ouvertures;  ensuite on  les  déposait dans des sacs à trame serrée.
  L'opération suivante consistait à broyer les pavots à l'aide d'un coupe-racine et à les nettoyer en les ventilant par un passage dans un tarare.»
        d'après Eugène HUGER & Raymond PLEAU monographie sur FONTAINE-FOURCHES
                                                                       et
Le pavot à huile, une culture intéressante par Claudia FRICK et Th. HEBEISEN, Station fédérale de recherches en agroécologie et agriculture  Agroscope FAL Reckenholz, CH-8046 Zurich  doc .pdf

L'huile d'oeillette* 
- Production

  Par première pression à froid (ou par faible chauffage), après un broyage préalable de graines d'oeillettes très fraîches, on peut extraire plus de 30% d'une huile comestible, dite "petite huile d’olive" car la plante est appellée aussi oliette** (ou olivète).
  NB : 1000 graines de pavot (chacune mesurant environ 1 mm de diamètre) pèsent environ 0,5 g . 
   * Dictionnaire de l'Académie française, 8ème édition (1932-5) OEILLETTE n. f. Variété de pavot, cultivée pour ses graines et dont on extrait une huile comestible. Huile d'oeillette. On l'appelle aussi Olivète.
  ** Littré : oliette, nom donné à toutes les plantes herbacées que l'on cultive pour leurs graines oléagineuses, telles que la navette, la cameline, et surtout le pavot.
      TLF :  «variété de pavot» olïette Dérivé de l'ancien français olie, v. huile ; suff. -ette (-et*) ; devenu oeillette sous l'influence de oeil* et de oeillet*


 
 - Propriétés médicinales
 
  C'est une huile jaune clair, au goût de noisette, dont les propriétés sont comparables à celles de l'huile de tournesol ou de carthame.
  Elle est recommandée pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires : ayant la propriété de dissoudre les boues cholestéroliques, elle contribue à l'assouplissement des artères.
  Elle peut se prévaloir aussi d'être un facteur précieux d' immunisation contre le cancer.

  - Propriétés nutritionnelles
 

 C'est une huile biologique recommandée pour lutter contre le vieillissement cellulaire : elle apporte, dans des proportions équilibrées, les deux acides gras essentiels (agissant par les deux chaînes métaboliques Oméga-3 et Oméga-6) que notre organisme ne peut pas fabriquer.
  Une cuillère à soupe de cette huile aide à couvrir simultanément, " au quotidien", 15% des apports nutritionnels en Omega-3 conseillés pas les nutritionnistes et 3,6% des apports journaliers recommandés en vitamine E pour protéger les membranes cellulaires de l'oxydation. Ne pas chauffer. [cf Vajra alimentation bio]
Valeur énergétique 9Kcal/g soit 37 KJ/g
Valeurnutritionnelle
Protéines     
Glucides  
Lipides

- dont acides gras saturés
                                   - dont acides gras mono-insaturés (oméga 9)
            - dont acides gras poly-insaturés

pour 100 g
         0
         0
    100   g

     11.4 g
     16.4 g                                                  
     72,1 g   dont oméga 3  =   0,7 g                       
                   dont oméga 6  =
71,4 g

  - Propriétés
cosmétiques

 
De consistance assez visqueuse, semblable à celle de l'amande douce, sa pénétration n'est pas très rapide et elle laisse un film après application.
 Elle ne s'oxyde pas trop rapidement dans de bonnes conditions de conservation (durée de "vie" donnée sur certains sites : 6 à 12 mois) C'est une huile très émolliente [... ] et très pénétrante [...] Elle convient particulièrement à la confection de baumes, de produits capillaires (« hair conditioner ») et de savons.  cf labelblue cosmetiques
Acide palmitique 10,00%
Acide stéarique 2,00%
Acide oléique 11,00%
Acide linoléique 72,00%
Acide linolénique 5,00%
  Source : Gunstone, F. D. Ed. Chapman and Hall, London, New York - The Lipid Handbook.1986, citée par  labelblue cosmetiques
 
Composition en phytostérols : 

 (mg/100g) : Sitostanol 1.30 - Campesterol 29.00 - Campestanol 2.60 - Stigmasterol 6.80 Δ5 - Avenasterol 17.70 - beta-sitosterol 109.3 - Autres sterols 19,6 
- Total : 185     
 Sources :
Phytosterol Composition of Nuts and Seeds Commonly Consumed in the United States - J. Agric. Food Chem. - Volume 53 - 2005 
Phillips, K. M.  - Ruggio, D. M.  - Ashraf-Khorassani, M.  - citée par  
labelblue cosmetique
 CODINA huile de pavot et autres huil
es  et  ooshina

  - Applications industrielles :

1) Par seconde pression, on obtient une huile blanche, à siccativité lente, qui, dans la peinture à l'huile, sert à délayer les couleurs claires dont elle augmente la brillance ; on peut en renforcer la luminosité en l'exposant au soleil dans des vases plats et ouverts remplis d'eau salée et d'huile par parties égales. 
 Elle a été longtemps utilisée, et l'est encore aujourd'hui, pour le broyage des couleurs en tube ;  elle sèche beaucoup plus lentement que l'huile de lin tout en restant transparente, elle séduit les peintres qui souhaitent pouvoir travailler le plus longtemps possible avec un matériau frais. En outre, elle est soluble, en toute proportion, dans l'éther et l'essence de térébenthine.
 Les peintres flamands s'en sont servis abondamment. cf site <dotapea.com>    
 2) C'était aussi une huile qu'on utilisait, dans les lampes, pour s'éclairer.

 LES AUTRES HUILES
 
     accès direct aux  pages suivantes : L'HUILE DE NOIX
    
 
                                                      LES HUILES D'ECLAIRAGE ET LES LAMPES A HUILE
                                                 
                                             LES HUILES A PEINDRE

    Les moulins à huile encore en activité en France 


 
Liens annexes sur le site : Les Pavots
LES PAVOTS (1) : LA FAMILLE DES PAPAVERACEAE 
LES PAVOTS (2) : LES ESPECES DE PAPAVERACEES DU GENRE PAPAVER : les pavots des jardins et les pavots "sauvages"  
LES PAVOTS (3) : QUELQUES PAPAVERACEES DE GENRES AUTRES QUE PAPAVER


Actualités