Bienvenue à FONTAINE-FOURCHES

                                                                               ▼
                                                             FONTAINE-FOURCHES : HISTOIRE
Les rois et reines de France : liste chronologique
Les rois de France : arbres généalogiques
S o m m a i r e :
 EVOLUTION DU TERRITOIRE COMMUNAL 
 FONTAINE-FOURCHES sous l'Ancien Régime
- Gestion administrative
-
Du XIème au XIIIème siècle, l
a seigneurie de FONTAINE 
- Aux XIVe & XVe, la seigneurie de FONTAINE et TRAINEL
- Au XVIe,  la seigneurie de FONTAINE, dépendante du fief de Tilly [la Motte-Gravoir]
- Au XVIe, moitié du siècle : la seigneurie de FONTAINE, dépendante de la châtellenie de NOYEN (sur-Seine) 
- Au XVIe, moitié du siècle : la seigneurie de FONTAINE, dépendante de la châtellenie de TRAINEL
- Au XVIIème & XVIIIème, la seigneurie de FONTAINE et le marquisat de TRAINEL•La famille Jouvenel des Ursins
- La seigneurie de Fontaine-Fourches et les seigneuries de Grisy, d'Athis et de Villiers 
- Les seigneuries de La Motte-Tilly, d'Athis, de Fontaine, le marquisat de TRAINEL •La famille Terray [de Rozières]
  FONTAINE-FOURCHES pendant et après la Révolution
LES PERSONNALITES ET GRANDES FIGURES HISTORIQUES DE FONTAINE-FOURCHES.documents
  - Pierre DELAHAYE : un héros de la Résistance 
  - François de KERNEVENOY, seigneur de Fontaine-Fourches
  - La famille JOUVENEL [JUVENAL] des URSINS : le marquisat de Traînel & la seigneurie de Fontaine-Fourches
  - La famille TERRAY des Rozières & la seigneurie de Fontaine-Fourches avant la Révolution
  - Auguste NONAT, docteur en médecine 
  - Arthur BRIDOU 
Histoire contemporaine : la Résistance
DOCUMENTS D'ARCHIVES : Fontaine-Fourches en S & M
DOCUMENTS HISTOIRE DES COMMUNES  : Fontaine-Fourches - Toponymie - topographie 
DOCUMENTS HISTORIQUES sur les villes & villages de la Bassée et des"pays" environnants (publiés sur le site)
Les activités d'autrefois : - Qui faisait quoi?
                                             
- métiers - emplois - charges : typologie
                                              - métiers - emplois - charges :  glossaire
                                              - les lavoirs
                                  - La lessive.
1.  Les jours de lessive… Les techniques de lavage
                                  - La lessive.2. Culture du linge et innovations lessivielles
                                  - La lessive.3. Lavoirs, laveuses & lavandières
                                  - La lessive.4. Les blanchisseuses à Paris
                                              - La lessive.5. Les lavoirs parisiens - localisation et anecdotes                                             
                                               -
les moulins
                                              - hygiène & périnatalité
                                              - les mines d'argile
                                              - les mineurs d'argile
 
Les activités d'aujourd'hui :
                                  - transports : les cars Moreau
                                  - apiculture : Robert Turiot
                                  artist retreat : La Bonne Etoile
Histoire de l'enseignement public : les écoles
Histoire de la Fête de la Rosière
Le coût de la vie
La qualité de l'eau à Fontaine-Fourches... 
Classement : les patronymes les plus usités (état civil de 1640 à nos jours) 
A compléter par :
FONTAINE-FOURCHES-EN-CHAMPAGNE. Histoire d'une départementalisation forcée:le rattachement de Fontaine-Fourches à l'Ile de France
LA BASSEE - HISTOIRE REGIONALE : L'Espagne & la Champagneles colonies iberiques dans l'Aube et dans l'Yonne
HISTOIRE DES COMMUNES DE LA BASSEE : La communauté des communes des Cantons de Bray-sur-Seine et de Donnemarie-Dontilly
Spécialités régionales
Le patois briard
Article de presse : Raymond PLEAU, un Briard amoureux de ses racines 

EVOLUTION DU TERRITOIRE COMMUNAL & DEMOGAPHIE 

  Etymologie : du latin « fons », fontaine, et du latin « furca », bifurcation.
 Toponymie : Fontane versus triangulum ; Fontanae prope triangulum ; Fontenes ; Fontaine-Forche ; Forche-Fontaine ; Fontaine
 Le territoire communal
 Bien avant 1789, Fontaine et Fourches étaient deux entités distinctes. L
e plan d'intendance établi en 1787, conservé aux Archives départementales de S.& M.) l'atteste : y figurent et le relevé cadastral et la structure détaillée de l'arpentage) 
  Aujourd'hui, les deux groupes d'habitations, traversés par le chemin de grande communication n° 49, se trouvent reliés par des constructions nouvelles. Depuis 1877, l'église est à Fontaine, l'école à Fourches.  
  Fontaine-Fourches est le canton n°1 de Bray-sur-Seine (à 13 km) et la 4ème circonscription de l'arrondissement de Provins.
  Son territoire s'étend sur 1.184 ha, (avec une densité de 50,34 personnes par km2) ; il est arrosé par la petite rivière de l'Orvin, qui prend sa source à Somme-Fontaine-Saint- Lupien (Aube) et se jette dans la Seine entre Courceroy (Aube) et Villiers-sur-Seine ; il est rattaché à la Communauté de communes de la Bassée.
  Au XVIe siècle, la population de la paroisse de Fontaine, comptait une soixantaine de feux.
  En 1780, elle s'élevait à 132  : Fontaine avait 30 feux et Fourches, 102." ("Notre département, la Seine-et-Marne - 1993)
 [Pour estimer le nombre d'habitants d'après celui donné en feux, Jacques Dupâquier applique le coefficient multiplicateur moyen de 4,5.Population française aux XVIIe et XVIIIe siècles, PUF, 1993]. NDR
  En 1793, on dénombrait 561 habitants [cf Recensement de la population avant 1962 : archive cassini.ehess.fr]
  En 1891 on dénombrait 700 habitants.   
  En 2012, 596 habitants figurent au recensement publié . [source: Conseil général]
                  Ci-après, reproduction d'extraits de l’Almanach de Seine & Marne publié en 1898 par Théodore Lhuillier (1833-1904).
Le texte a été collecté, pour l'essentiel par Raymond PLEAU et publié dans la brochure "C'était hier : Fontaine-Fourches".
   [... La localité a certainement été habitée à une époque très ancienne : à plusieurs reprises, on a recueilli, sur le territoire communal, des haches, des lances en silex, des percuteurs, des pointes de flèches de la période préhistorique.

FONTAINE-FOURCHES sous l'Ancien Régime

  Gestion administrative
La seigneurie de Fontaine-Fourches, de longue date, a fait l'objet d'une partition : aucun document ne permet cependant, encore aujourd'hui, d'assigner des limites territoriales propres à chacune des 2 parties ; les juridictions, féodale, administrative, judiciaire, ou fiscale, affidées qui à Sens qui à Troyes, n'apportent pas non plus de réponses. Ainsi, les Terray, seigneurs de Fourches, avant la révolution de 1789, ont-ils contesté la seigneurie de Fontaine aux chanoines de Troyes.
 La toponymie n'aide pas non plus à circonscrire chacun des 2 périmètres : Fontaine, au titre de paroisse, et Fourches, à celui de hameau, ne recouvrent aucune des 2 entités ; pas plus que les écarts, tel le moulin de Tasuble, qu'au plan judiciaire, se disputèrent les tenants de chacune des parties.
 Ainsi, avant la révolution, la prévôté de Fontaine Fourches s'exerce-t-elle "au village & paroisse de Fontaine de laquelle dépend le hameau de Fourches".
 Or le hameau de FOURCHES dépend du baillage & de la coutume de Troyes.
"La paroisse de Fontaine, de laquelle dépend le hameau de Fourches qui est du Bailliage & de la Coutume de Troyes."
 
[ NDR : justice & seigneurie revendiquées par le marquis de Traînel ]
 Mais la paroisse de FONTAINE dépend du baillage & de la coutume de Sens  
  "
Fontaine est situé à 6 lieues & demie N.N.E. de Sens, Diocèse, Election & Coutume de cette ville, Grenier à sel de Nogent-sur- Seine ; 113 feux ; Seigneur : le Chapitre de Troyes."  
  "La prévôté de Fontaine s'étend :
 1) Sur ledit village de Fontaine
.
 2) Sur le hameau de Chariaux, les fermes Dugué & de la Voldre & le moulin de Fontaine [NDR : aujourd'hui moulin-huilerie de Chariaux / Charreau.] II y a dans cette paroisse un autre moulin dit de Tazuble ou la Folie que les Seigneurs de Fontaine prétendent être dans leur justice & seigneurie, ce qui leur est contesté par M. de Rozieres, Seigneur de Fourches ; pourquoi il y a instance au Parlement."
page 562 Conférence de la coutume de Sens : avec le droit romain, les ordonnances du royaume, & les autres coutumes (Livre numérique Google). Pelée de Chenouteau, Sébastien André Tarbé des Sablons, Sens. Chez la Veuve Tarbé, imprimeur du Roi, 1787- 621 pages
   NDR
* Le bailliage était, au Moyen-Age, et une charge, et le territoire administré par le bailli, qui avait le pouvoir d'un préfet actuel. Les bailliages étaient eux-même divisés en prévôtés.  cf  article prévôt: Histoire.annexe.4.3.les activites d'.autrefois définitions
 Le prévôt, petit juge local, peut être considéré comme l’ancêtre du juge de paix.
* Baillis et prévôts étaient chargés de faire la police et de rendre justice dans les territoires dirigés par les seigneurs.

 Du XIème au XIIIème siècle, la seigneurie de FONTAINE

  Au XIe siècle, Fontanas, plus tard Fons furcia, était une paroisse du diocèse de Sens.  
  Aux siècles suivants, la seigneurie appartint, tout au moins pour partie, à une famille Gateblé, dont un descendant, Gui Gateblé, chevalier, donna à l'abbaye de Vauluisant, un setier de froment et un setier d'avoine, à prendre chaque année sur les dîmes de sa terre ; en 1225, cette donation fut confirmée par Anseau, fils de Gui [archives de l’Aube, G 1252].

  La seigneurie passa alors aux Nemours, puis à la famille Britaut-Nangis, vers 1250, par le mariage de Jean Britaut, avec Marguerite de Nemours, "dame de Fontaines", sœur et héritière de Pierre de Nemours, chambrier de France, seigneur de La Chapelle- Gauthier et de « Fontaine près Trainel ». Indépendamment de l'abbaye de Vauluisant, plusieurs établissements religieux possédaient, au Moyen Age, des droits des biens en ce lieu ; le chapitre de cathédrale de Troyes était du nombre.
 
En 1275, Jean Britaut, seigneur de Nangis-en-Brie devenu grand pannetier, puis connétable de Sicile, vendit, une partie de la seigneurie de Fontaine, qu'il tenait du chef de sa première femme, alors décédée, aux chanoines de Saint-Pierre de Troyes.

 Aux XIVe & XVe, la seigneurie de FONTAINE et TRAINEL

 En mars 1315, Henri de Trainel fit amortir par le roi Louis X, dit le Hutin, les héritages cédés par son père aux chanoines de Saint-Pierre de Troyes [archives de l’Aube, G 1252].
  L'hôpital Saint-Antoine de Trainel, possédait des terres, des dîmes et des droits féodaux sur Fontaine, Villiers et Villuis.
 
Mais, dans le village même, les seigneurs de Trainel,  conservèrent toujours la portion principale de la seigneurie [...].
D'après la tradition, ils y auraient eu un hôtel, au lieu-dit aujourd'hui les Murs, où aucune construction n'existe plus depuis longtemps, mais où l'on constate des traces de fondations et de substructions.
 En 1360,
quand la paix, conclue par le traité de Brétigny, eut mis fin aux courses des Anglais à travers la Champagne et la Brie, les soldats, congédiés par les deux rois, continuèrent la guerre pour leur compte, exigeant des vivres, pillant les villages ; les popula- tions s'armèrent et, avec le concours des seigneurs d'alentour et des arquebusiers de Troyes, se mirent à leur poursuite.
Fin janvier 1364, elles purent s'en débarrasser.
Mais, au moment du passage de ces bandes de pillards, connues dans l'histoire sous les noms de grandes compagnies* et de tard-venus**, Fontaine a été ravagée, ses maisons furent en partie détruites et le moulin brûlé [NDR : s'agit-il du moulin de Fontaine (dit aussi de Charreau) ou du moulin de Tasuble (dit aussi de la Folie)?]

    * Grandes compagnies : troupes d'aventuriers financées par les princes en temps de guerre, qui vivaient de pillage et de rançons en temps de paix ou de trêve.
    * Tard-Venus furent des mercenaires démobilisés après le traité de Brétigny du 8 mai 1360.
"
[...} La paix qui s'installa ne fit pas les affaires des gens qui vivaient grâce à la guerre.
Le roi d'Angleterre fait évacuer les forteresses occupées en France par des hommes d'armes à sa solde. Parmi les capitaines de garnisons, quelques chevaliers et écuyers anglais, obéissent aux ordres du roi, mais d'autres résistent prétextant guerroyer pour le roi de Navarre. Toutefois les mercenaires allemands, brabançons, gascons, flamands, hainuyers, bretons... et des français aventuriers ou ruinés par les guerres ne se dispersent pas et continuent leur vie de pillage. Congédiés, ils se forment en nouvelles bandes prenant comme capitaine les pires d'entre-eux." [Wikipedia]
DOCUMENTS. Histoire. Traînel
DOCUMENTS. Histoire. Traînel et le diocèse de Sens
DOCUMENTS. Histoire. Traînel et le diocèse de Troyes
DOCUMENTS. Histoire. Traînel. Les seigneurs de Traîn
el

Au XVIe : la seigneurie de FONTAINE, dépendante du fief de Tilly [la Motte-Gravoir]

  Le nom de apparaît pour la première fois en 1369. Sans doute cette motte féodale, ouvrage de défense, occupait-elle l'emplacement de l'imposant château du Moyen Âge subsistant encore au XVIIIe siècle et qui, semble-t-il, protégeait un gué sur la Seine, situé à quelques centaines de mètres en contre-bas.
  Ce vieux château féodal entouré de douves (que l'on devine encore au sol) s'élevait au bord du fleuve, à l'extrémité du parc actuel. Il appartint aux seigneurs de Trainel, puis aux Raguier, aux d'Elbeyne et aux Bournonville.
[Wikipedia]
  Les anciens almanachs de Sens mentionnent l’existence d’un fief de Tilly, ou de la Motte-Gravoir (ou aussi la Motte-Graval), s'étendant sur Fontaine.
  Au XVIe siècle, un rôle dressé pour la contribution de l’arrière-ban mentionne ce fief sous le nom de la Motte-Graval1, et ajoute qu'il ne rapportait guère que 10 livres par an ; il appartenait alors à Grégoire Maslard, substitut du procureur du roi à Sens en 1594, du chef de sa femme Marie Ménagier.
 
 Au cours de l'année 1710, la seigneurie et les terres de La Motte-Tilly échoient par mariage, à la famille de Noailles. Louis XIV, en reconnaissance des services rendus par le Duc Maréchal Adrien Maurice de Noailles, érigera cette terre en comté. [Wikipedia]
 «NDR» :
  Un ancien écart du nom de Charriaut a disparu au cours des guerres du XVIIe siècle. 

 

 Au XVIe - moitié du siècle : la seigneurie de FONTAINE, dépendante de la châtellenie de NOYEN (sur-Seine)

 François de Kernevenoy, (1520-1571), chevalier de l'ordre du Roi (ordre de Saint-Michel en 1561), gouverneur du duc d'Orléans, frère du roi Henri II, gouverneur et superintendant des personnes et maison de Monseigneur le duc d'Anjou (futur Henri III).

- seigneur de Kernevenoy (ou Karnevenay, ou Karnavenay, devenu, par altération euphonique, Carnavalet)
   [cf notice biographique sur le site]
- seigneur de Fontaine dont il acquiert le titre de propriété en 1563.
 
" Vente de cette seigneurie, par ordre du Roi, en 1563, à François de Carnevenoy, gouverneur du duc d’Orléans frère du roi "
   Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Chapitre de la cathédrale de troyes (articles G 2545-G 4169 bis) suite et fin.              Qfficialité épiscopale de Troyes - articles G 4170-4235) Rédigé par H. D’Arbois de Jubainville et F. André - Archives départementales de l’Aube - Duféy-Robert.1896
Il dispose donc, en 1563, de prérogatives sur le hameau & le moulin de Charreauld  pour lequel le  précédent seigneur de Fontaine avait, en 1547 (année de la mort de François Ier) consenti "un bail à cens du droit et prérogative de construire et édifier molin ", là où il y avait déjà un moulin, "sur le cours de la rivière de la fontaine de Charreauld".
1) lien sur la photographie du document d'archives.
2
) lien sur le document commenté
 
- seigneur de Noïon (Noyen-sur-Seine) Le premier seigneur mentionné est Guillaume de Noyen en 1400. Puis vint François de Kernevenoy.
 
L’étymologie de
Noyen (-sur-Seine), communément relayée, voudrait, à tort, être issue, comme tous les Noyon (Nouvion, Nyons, Nogent), de      

" noviomagus" : nouveau marché [ soit = gaul. adj. novio- « nouveau » +ó-magos « champ de foire - marché » -ovio- devenant -oyo- ].

L’évolution phonétique, soutenue par la graphie, atteste une autre filiation : « Novionum, XIe s., Nojon, 1134, de Noien, 1152, Neun, v. 1201, Noains, Noan, v. 1222   : = idem.*

*Toponymie générale de la France : Tome 1, Formations préceltiques, celtiques, romanes : étymologie de 35000 noms de lieux. E.Nègre .Droz 1990. 

La seigneurie fut ensuite possédée par les d'Acigné, les de Carné et les Fleuriot.


 Au XVIe, moitié du siècle : la seigneurie de FONTAINE, dépendante de la châtellenie de TRAINEL

Traînel est alors une des plus importantes châtellerie du comté de Champagne
[...]dans "Extrait et sommaire du bailliage de Troyes"(p. 378 Google books), dressé en 1543
  "Item la chastellenie de Treignel : en laquelle il y a Prévost et Bailli, & une église paroissiale en la ville dudict Treignel, appelée Nostre Dame du Chastel de Treignel, & une autre église paroissiale hors la ville et enclos dudit Treignel, appelée Saint Gervais et Saint Protais dit les Tables.

 De la quelle Prévosté dépend le village de Fay, auquel y a paroisse, le village dé Boüy, auquel y a aussi une paroisse, le village de Fourches sur Fontaines, qui est de la paroisse dudit Fontaines, assis au bailliage de Sens : le hameau Coymart qui est de la dite paroisse de Fontaines
: le hameau Vaulreignier, qui est de la dite paroisse de Saint Gervais : & les métairies de Beauvais, le Courteilloy, Sailly, Rosay, l'Aunoy, & le hameau à la Godiviere, & les fauxbourgs dudit Treignel. Toutes lesquelles métairies & hameaux sont de ladite paroisse Saint Gervais, & partie desdits fauxbourgs,  du costé d'enhaut, est de ladite paroisse Notre-dame, & l'autre partie des fauxbourgs, de ladite paroisse Saint-Gervais.[...] Coutume du bailliage de Troyes, avec les commentaires de Louis Le Grand : dans lesquels est conferé le droit romain avec le droit françois et coutumier, qui s'observe dans toutes les provinces du royaume." Louis Le Grand ; G. de Luyne, 1681
 
* Châtellenies du comté de Champagne : Traînel, Pont-sur-Seine, Marigny-le-Châtel et Villeneuve-aux-Riches-Hommes (Aube), avec Prévôt & Bailli, Voisines et Foissy-sur-Vanne (Yonne) ; chef-lieu d’un doyenné de 34 cures de l’ancien Diocèse de Sens.
La Maison de Traînel alias Trainel, Traynel_
Etienne Pattou 13/04/2013.
  L'hôpital Saint-Antoine de Traînel, prieuré jusqu'en 1634, possédait aussi des terres, des dîmes et des droits féodaux sur Fontaine, Villiers et Villuis.

Au XVIIème & XVIIIème, la seigneurie de FONTAINE, le marquisat de TRAINEL& la famille Jouvenel des Ursins

 Fin XVIe, les troubles religieux jetèrent la consternation de tous côtés ; les reîtres renouvelèrent les exactions de leurs devanciers. En 1576, écrit Claude Haton dans ses Mémoires, "ils prenaient les gens à rançon", tuant ceux qui résistaient et brûlant leurs maisons, comme ils le firent à Noyen, Grisy, Forche-Fontaine et autres lieux de la contrée. Déjà, l'année précédente, des renforts envoyés à l'amiral de Coligny, chef des protestants, par le prince d'Orange, Guillaume 1er, étaient passés par Villiers-sur-Seine, où ils avaient surpris les soldats de la compagnie du capitaine des Ursins, appartenant au régiment de M. de Nangis. Des Ursins (François Juvénal des Ursins), seigneur de Trainel, Villiers et Fontaine, les pourchassa, mais pas assez promptement pour éviter l'incendie d'une partie du village. D'après Claude Haton, d'ailleurs, les soldats du roi, en chassant les troupes de pillards, ne faisaient pas moins de dégâts qu'elles.
  Indépendamment de l'hôtel seigneurial qui aurait existé au lieu-dit "les Murs", il y eut encore, au XVIe siècle, sur le territoire de Fontaine, et dans un endroit qu'on appelle le château ou les Chanoines, une autre construction féodale ; mais tout porte à croire que c'était simplement une grange dîmeresse du chapitre de Troyes.
  Au temps de Louis XIV et de Louis XV, les héritiers de la famille des Ursins*, en possession du marquisat de Trainel et de grands biens dans la Brie, se qualifiaient toujours seigneurs de Fontaine-Fourches et de Villiers-sur-Seine.
  Au XVIIIe siècle, c'est l'un d'eux, Claude Constant Esprit Juvénal d'Harville des Ursins, colonel des dragons d'Orléans, qui, moyennant 150.000 livres, le 7 juillet 1763, vendit Fontaine avec d'autres biens, mais en se réservant Villiers et les bois de la tuilerie de Mauny, maintenus dans la constitution du marquisat de Trainel, à Pierre Terray de Rozières.
  Pierre Terray de Rozières :
 (1713-1780), déjà seigneur d'Athis, paroisse de Villiers-sur-Seine,  frère de l'abbé Joseph Marie Terray, (1715-1778), contrôleur général des finances de Louis XV en 1769 et seigneur de La Motte-Tilly. cf § suivant : Les seigneuries de La Motte-Tilly, d'Athis, de Fontaine, le marquisat de TRAINEL et la famille Terray [de ROZIERES] 
                     Dans les titres originaux, les formes ordinaires du nom sont Jouvenel ou Juvenel et Juvénal.
 - Sur la famille Juvénal des Ursins :  lien interne sur le site
 http://www.cosmovisions.com/JouvenelUrsins.htm dictionnaire biographique/Imago mundi

 http://la-passion-medievale.forumpro.fr/les-personnages-historiques-f34/jean-jouvenel-des-ursins-et-sa-famille-t576.htm


La seigneurie de Fontaine-Fourches et les seigneuries de Grisy, d'Athis et de Villiers
  Les seigneuries de Grisy, d'Athis et de Villiers sont distinctes à l'origine. Cependant, elles appartinrent parfois au même seigneur.
 La terre de Grisy-sur-Seine
 La terre de Grisy,
petite paroisse du diocèse de Sens au XIIIe siècle, est alors partagée en deux seigneuries, qui dépendent de la baronnie de Bray.
 - La seigneurie qui recouvre une partie de Grisy appartint,
vers 1320, à Odouart de Saint-Pregts qui la transmit à son fils Philippe.
Plusieurs familles se succèdèrent sur ce domaine.
 Au XVIe siècle, cette seigneurie passa d'Antoine de Montdragon à Alain de Madeil, seigneur d'Athis.
 - 
La seigneurie qui recouvre l'autre partie de Grisy appartint, en 1300, à Jean Camuet, qui la vendit à Jean de Maisière, conseil- ler du roi.
 Vers 1540, elle passa à Eymery d'Orgemont. Son fils en fit l'échange avec François de Kernevenay, seigneur de Noyen.
 A la mort de ce dernier, en 1571, ses biens revinrent à sa femme, madame de la Beaume-Montrevel.
 Au XVIIIe siècle, l'un de ses descendants, Ferdinand de la Baume, comte de Montrevel, acheta
à la famille Réaulx, descendante par succession d'Alain de Madeil, la partie de Grisy issue de ce dernier.
 Louis de Montrevel vendit la seigneurie de Grisy réunifiée à la famille de Montchal qui la conserva jusqu'à la Révolution.
 
  La terre de Villiers 
  Relevant tout d'abord de l'archevêché de Sens, elle appartint au marquisat de Trainel, dont la famille des Ursins fut longtemps propriétaire. En 1758, Claude II des Ursins et sa femme vendirent les terres et seigneuries de Villiers à l'abbé Terray.  
 
Le domaine d'Athis
  Aux XIVe et XVe, la seigneurie échut, au cours de la guerre de Cent Ans, par droit de premier occupant sans doute, à la famille de Madeil (titulaire d'une partie de la terre deGrisy).

  "Au début du XVI siècle, Edme de Madeil, qui possédait ce fief, avait un fils, Alain de Madeil, qui s'enrôla sous les étendards du duc de Guise. Il put ainsi prêter main-forte au capitaine des Ursins chargé de battre les gens de Coligny.
  Il était le beau-frère de Mondragon, seigneur, par son mariage avec Marguerite de Dye, de la moitié de Saint-Pregts*, fief de Grisy-sur-Seine. Il acquit lui-même en 1570 cette moitié qu'il laissa en 1583 à son fils, Louis de Madeil. Ce dernier acheta en 1587 le fief de la Mothe-Tilly. Il avait épousé Françoise de Montelard dont il eut quatre filles.

  L'une de ces filles, Jacqueline de Madeil, devenue veuve de Jean de Saisonnières, à qui elle n'avait pas donné d'enfants, épousa, en secondes noces, Constantin des Réaux, qui avait eu de sa première femme, Valentine d'Aucourt, un fils, Gabriel des Réaux. Elle resta veuve une seconde fois, sans enfants et légua ses terres d'Athis et de Grisy Saint-Pregts, à Gabriel des Réaux, son beau-fils.     Ce dernier,
aussi seigneur de Brison, avait hérité, suivant la coutume, la charge de son père, ancien gentilhomme de la chambre du roi. Marié à Guillemette de Marolles, il transmît à ses descendants tous ses biens.
  Vers 1650, ses héritiers cédèrent leur part de Grisy-Saint-Pregts au fils de François de Kernevenoy, seigneur de Noyen, proprié- taire de l'autre moitié de Grisy, mais conservèrent les fiefs d'Athis et de La Mothe-Tilly.
  Cependant, la seigneurie d'Athis, empiétant sur Fontaine-Fourches, ils la vendirent, en 1747, ainsi que celle de la Motte- Tilly, à la famille Terray.
*
Saint Pregts, né dans une famille aristocrate auvergnate, est mis en pension chez un diacre à Issoire. En 665, le roi Childéric lui donne l'évêché de Clermont qu'il conserve jusqu'en 676. Après avoir fait construire de nombreux établissements, saint Pregts se fait des amis parmi les aristocrates, ce qui le perd. Assassiné, il est considéré comme un martyr et invoqué pour la guérison des infirmes. Son corps est enterré à Volvic.
Il est le seul saint à donner son nom à une seigneurie de la baronnie de Bray, celle de Grisy.
 
 
Les seigneuries de La Motte-Tilly, d'Athis, de Fontaine, le marquisat de TRAINEL et la famille Terray [de ROZIERES] 

 L'abbé
Joseph Marie Terray (né à Boën-sur-Lignon le 9 décembre 1715 et mort à Paris le 18 février 1778 (ou le 22 février), fut le dernier contrôleur général des finances de Louis XV (1769-1774). Abbé commendataire de Molesme et Troarn, il devint alors seigneur de la Mothe-Tilly et de Melz-sur-Seine. ll fit édifier, à partir de 1754, sur le site de l'ancien château féodal, le nouveau château de La Motte-Tilly, sur des plans de l'architecte François Nicolas Lancret (1717-1789).
   "Au lieu dit la Motte, appelé au XVIIIe Tilly comme si le général de la guerre de Trente Ans l'eût baptisé de son nom, était, un fief seigneurial qui appartint à l'abbé Terray, frère du seigneur d'Athis et de Fontaine."
Histoire générale illustrée des départements...., Seine-et-Marne : histoire des communes, guerres... /Maurice Pignard-Péguet,... -A. Gout (Orléans)-1911  
  Pierre Terray, vicomte des Rozières, (1713-1780), frère de l'abbé Terray, procureur général près la Cour des aides, devint lui, seigneur d'Athis, paroisse de Villiers-sur-Seine.
  Voisin du marquisat de Trainel qui englobait Villiers, il acheta
pour 150.000 livres la seigneurie de Fontaine-Fourches, qu'il annexa à sa terre d'Athis, à Claude-Constant-Esprit Juvéna! d'Harville des Ursins, marquis de Trainel, seigneur de Doue, etc., qui garda Villiers-sur-Seine et le bois de la tuilerie de Mauny. 
 
 Antoine-Jean Terray, [fils de Pierre et de Renée Félicité Le Nain (1726-1778] naquit à Paris le 27 mars 1750 ; il fut guillotiné à la Barrière du Trône le 28 avril 1794 et inhumé au cimetière de Picpus].
 Seigneur de Rozières et de Saint-Germain, conseiller au Châtelet le 16.03.1768, conseiller à la Cour des Aides de Paris le 18.01.1771, maître des Requêtes du 05.06.1771 à 1790, intendant de Montauban de 1773 à 1774,intendant de Moulins du 14.08.1781 à 1784,intendant de Lyon de 1784 à 1790,intendant des Finances,comparant à Provins et Lyon en 1789.["Pierfit" GeneaNet]
Antoine Jean Terray fut le dernier seigneur d'Athis et de Fontaine-Fourches.
 Avocat puis conseiller au Parlement de Paris, conseiller à la Cour des Aides, maître des Requêtes (1771), intendant des Finances à Montauban (1773), intendant de Moulins en août 1781, et intendant de Lyon en septembre 1784, il comparut à Provins et à Lyon en 1789.
Habitant le château de La Motte-Tilly près de Nogent-sur-Seine, Antoine Jean fut le légataire universel de l’Abbé Terray.
 Il
avait hérité de La Mothe-Tilly en 1779, puis d'Athis et de Fontaine-Fourches en 1780 : les seigneuries d'Athis et de Villiers étaient réunies définitivement.
    Il avait épousé, le 11 février 1771, Marie Nicolle Perreney de Grosbois (sœur du marquis du même nom), fille de Jean Claude Nicolas PERRENEY de GROSBOIS (1718-1810), premier président au parlement de Besançon, et d'Anne Philippine FYOT de MIMEURE †1811) ; née le 15 novembre 1750, elle fut guillotinée à la Barrière du Trône le 28 avril 1794 et inhumée au cimetière de Picpus).
  Il en eut 4 enfants : Pauline, Hypolite, Mélanie et Aglaè
(née le 17/04/1788 à Paris - décédéele11/08/1867 à Paris).
  Aglaé Terray
(qui hérita de la bibliothèque et des précieux manuscrits de son oncle le marquis) épousa François-Eugène-Gabriel, Duc d'Harcourt  [(1786-1865) Ambassadeur de France (1831(en Espagne)), Pair de France (1837), Ambassadeur de France (entre 1848 et 1849 (à Rome) - élu député de Se& M en 1827, en 1830, en 1831 et 1834]
  "Le château est toujours resté, par descendance, dans la famille Terray, même si les noms, par mariage, ont changé. La dernière propriétaire privée a été Claire Clémence de Maillé, Princesse de Polignac suite à son mariage avec Charles Marie Henri de Polignac, dont elle divorce après trois ans de mariage.
  La Marquise de Maillé, qui a eu la douleur de perdre sa fille, unique héritière, en 1970, a alors décidé de léguer le château, le terrain et une importante dotation à la Caisse nationale des Monuments historiques (aujourd'hui le Centre des monuments nationaux), pour éviter la dispersion des biens mobiliers et immobiliers. Elle avait exprimé sa volonté que le château ne soit pas habité, mais visité, et resté meublé tel quel. La Marquise de Maillé disparut en 1972 Les premiers touristes ont visité le château en 1978.
"
source : L’Hebdo du Vendredi Edition TROYES N° 28 du 29 mars au 4 avril 2013  page 5
 

Sur la famille Terray  et le château de La Motte-Tilly : http://la-motte-tilly.monuments-nationaux.fr/fr/ChâteaudeLa Motte-Tilly
                                                   lien interne sur le siteDOCUMENTS.Histoire La Motte Tilly

Fontaine-Fourches pendant et après la Révolution 

 Deux autres nobles, propriétaires de biens à Fontaine-Fourches ont péri, victimes de la Terreur : la comtesse de Rossel, née Lhermite et la dame Rossel de Cercy, dont un parent, Christophe de Rossel avait émigré.
  En 1814, plusieurs colonnes des armées alliées (contre Napoléon) ont traversé la commune de Fontaine ; un soldat fut tué au passage et les représailles ne se firent pas attendre : un incendie détruisit un groupe de maisons où logeaient quarante ménages.
  Dans les Essais historiques de L. Michelin sur le département de Seine & Marne (1835), il est question d'une maison bourgeoise et d'une ferme appelées Coëmard, appartenant à M. Marlot, tapissier-décorateur de Paris ; ce hameau, situé sur la rive droite de l'Orvin, presque à la limite du département de l'Aube, a disparu depuis.
  De même a disparu un écart (hameau ou habitation écartée) du nom de Chariaux, mentionné dans les titres anciens...] 

  - Sur l'histoire de FONTAINE-FOURCHES :
Almanach de Seine & Marne publié en 1898 par Jean-Baptiste Théodore Lhuillier (1833-1904).
C'était hier : Fontaine-Fourches [ Reproduction d'extraits collectés dans L’Almanach de Seine & Marne].Raymond Pléau  
Aux confins de la Bassée, Fontaine-Fourches, sa vie..., son passé...Eugène Hugé & Raymond Pléau
Notes historiques sur la baronnie de Bray-sur-Seine du Xe siècle à la Révolution. Hugé Eugène 2007. 92 p.  
Mémoires ; édition scientifique sous la direction de Laurent Bourquin, Paris .Claude Haton, éditions du CTHS
Histoire de Trainel. Troyes Abbé Defer (Eugène-Edmond) 1884. Dufour-Bouquot. 248 p.
Dictionnaire historique de la Champagne méridionale. Alphonse Roserot. Troyes 1948. Impr. Paton  
[Rapports et délibérations] / Conseil général de Seine-et-Marne - 1909/04
Auteur : S.-et-M.. Conseil général  Edité en 1909
Page 649 ... M. Martin, instituteur à Fontaine-Fourches....
La Seine-et-Marne, 1939-1945 : de la résistance à la victoire  René-Charles Plancke,  Editions Amatteis - CHAPITRE XIV
Parachutage Fontaine-Fourches ... Le meunier de Fontaine-Fourches, Pierre Delahaye et son épouse Odette ... Devenue Madame Grégoire, l'ancienne meunière de Fontaine- Fourches raconte un parachutage qui eut lieu dans la nuit ...
                                                                      ▼

                LES PERSONNALITES (locales & régionales) ET GRANDES FIGURES HISTORIQUES DE FONTAINE-FOURCHES

                                                                        page spécifique à consulter 

                                                   
                                                                                         
                                                         Histoire de la Fête de la Rosière  
 Qu'est-ce qu'une rosière?  
Elue par les habitants de son village, c'est une jeune fille dont on célèbre la vertu au cours d'une manifestation (civile et/ou religieuse) qui rassemble la communauté.
[...] lire la suite
« C’est en 1901 que fut élue la 1ère Rosière de FONTAINE-FOURCHES »
Les "Rosières" de 1901 à 1997  

                                                                                        
                                                         Les activités d'autrefois  
                                                                                       
QUI faisait QUOI ? : les meuniers - les scieurs de bois - les sabotiers...  
   accès à la page
 Métiers  - emplois - charges : typologie
   accès à la page
Métiers  - emplois - charges : glossaire 
   accès à la page
                                                                                     
                                                                   ▼
 
                Classement : les patronymes les plus usités (état civil de 1640 à nos jours)                                                                                                     
                                                          Les activités d'aujourd'hui : 
  - transports : les cars Moreau
  - horticulture  : Jean-Marc Huot
  - apiculture : Robert Turiot
  artist retreat : La Bonne Etoile                                                                     
                                                                    ▼
 
                                     Documents historiques
(publiés sur le site) 
DOCUMENTS. Histoire. Archives
DOCUMENTS. Histoire. Moyen Age. Table thématique
DOCUMENTS. Histoire. Seine et Marne
DOCUMENTS. Histoire. Seine et Marne. La Bassée
DOCUMENTS. Histoire. Seine et Marne. Le Montois et sa région
DOCUMENTS. Histoire. Seine et Marne. Les seigneurs du Montois
DOCUMENTS. Histoire. Les 15 communes du Canton de Donnemarie-Dontilly
DOCUMENTS. Histoire. Les 24 communes du Canton de Bray-sur-Seine
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine-Fourches.archives.S.&.M
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine-Fourches. Personnalités
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine.Fourches.personnalites_KERNEVENOY_CARNAVALET 
DOCUMENTS. Histoire. Baby
DOCUMENTS.Histoire.Jaulnes_1.le site de Jaulnes
DOCUMENTS.Histoire.Jaulnes_2.la bataille des.fossés
DOCUMENTS.Histoire.Jaulnes_3.la noblesse utérine
DOCUMENTS.Histoire.Jaulnes_4.le.véritable.emplacement.de.la.bataille.de.Fontanetum
DOCUMENTS.Histoire.Jaulnes_5.la seigneurie de Villeceaux
DOCUMENTS.Histoire.Jaulnes_6.le château de Villeceaux (illustrations)
DOCUMENTS.Les 24 communes du Canton de Bray.sur.Seine : Jaulnes
DOCUMENTS. Histoire. Montigny-le-Guesdier
DOCUMENTS .Histoire. Noyen-sur-Seine
DOCUMENTS. Histoire. Passy-sur-Seine
DOCUMENTS.Histoire.Saint.Loup.de.Naud
DOCUMENTS. Histoire. Sourdun
DOCUMENTS. Histoire. Villenauxe-la-Petite
DOCUMENTS. Histoire. Villenauxe.la.Petite.Jodrillat
DOCUMENTS. Histoire. Villenauxe.la.Petite.L'église
DOCUMENTS. Histoire. Villenauxe.la.Petite.La.ferme.de.Toussacq.aujourd'hui

DOCUMENTS. Histoire. Villenauxe.la.Petite.Le.chateau.de.Toussacq 
DOCUMENTS. Histoire.Villiers-sur-Seine
DOCUMENTS. Histoire.Villuis
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine-Fourches. Archives civiles. Aube
DOCUMENTS. Histoire. Estissac
DOCUMENTS. Histoire. La.Motte.Tilly.Del.Bene.d.Elbene
DOCUMENTS. Histoire. La Motte-Tilly
DOCUMENTS. Histoire. La Motte-Tilly.Relation d'un ouragan. Montereau. Courceroy. Mesle. Le.Plessis-Meriot. Sourdun. Villegruis. Montaiguillon
DOCUMENTS. Histoire.La Motte-Tilly.Orhographe.modernisée.Relation d'un ouragan. Montereau. Courceroy. Mesle. Le Plessis-Meriot. Sourdun. Villegruis. Montaiguillon
DOCUMENTS. Histoire. Le Mériot
DOCUMENTS. Histoire.Marcilly le Hayer et les communes du canton
DOCUMENTS. Histoire. Mesnil-Saint-Loup
DOCUMENTS. Histoire. Nogent-sur-Seine 
DOCUMENTS. Histoire. Traînel 
DOCUMENTS. Histoire. Traînel et le diocèse de Sens
DOCUMENTS. Histoire. Traînel et le diocèse de Troyes
DOCUMENTS. Histoire. Traînel. Les seigneurs de Traînel
DOCUMENTS. Histoire. Villadin
DOCUMENTS. Histoire. Villenauxe-la-Grande, le château 
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine-Fourches. Archives. Yonne
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine-Fourches. Archives. Yonne. Les coutumes rédigées et.reformées d’Auxerre, de Sens et de Touraine
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine-Fourches. Archives. Yonne. Les coutumes des baillages de Sens
DOCUMENTS. Histoire. Fontaine-Fourches & Courceaux.archives.Yonne
DOCUMENTS. Histoire. Plessis-Saint-Jean. Yonne. La vie paroissiale.3
DOCUMENTS. Histoire. Saint.Martin-sur-Oreuse. Yonne. La vie paroissiale.2
DOCUMENTS. Histoire. Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes. Yonne
DOCUMENTS. Histoire. Yonne. Sens
DOCUMENTS. Histoire. Thorigny-sur-Oreuse. Yonne. La vie paroissiale.1
DOCUMENTS. Histoire. Lexicologie, termes, locutions et expressions médiévales 
DOCUMENTS. Histoire. Toponymie locale. ex : Fontaine-Fourches - Gué de la Vauldre - les noms des moulins
DOCUMENTS. Histoire. Toponymie régionale. ex : St Maurice-aux-Riches-Hommes - Sourdun
DOCUMENTS. Histoire. Enseignement public

◄                                                                                                                                                                         ►                                                                        Retour : Le plan du site
◄                                                                                  ▲                                                                                       ►

 MELANGES / MISCELLANEES
 - LE COUT DE LA VIE : les valeurs des monnaies
 - TRADITIONS LOCALES :  La Fête de la Rosière
 - SPECIALITES REGIONALES :- horticoles : la rose de Provins
                                           - gastronomiques : la moutarde de Meaux/Pommery, les niflettesles fromages de Brie, la soupe champenoise
                                           - sucrées :  Les sucres d’orge des religieuses de Moret  -  Les bonbons au coquelicot
                                           - viticoles : le vignoble francilien - le raisin Noah (ou Noa) ou "framboisie"
 - LINGUISTIQUE - TOPONYMIE : - toponymie locale
                                            - toponymie régionale
                                            - Les moulins sur l'Orvin et le ruisseau de Charriot

 
                                          - Polémique : l'Yonne coule à Paris et  Montereau-Fault-Yonne devrait s'appeler Montereau-Fault-Seine
                       - LEXICOLOGIE : - Vocabulaire
                                             Le Patois briard - vocabulaire
                                             Le Patois briard - expressions



A
ctualités