Bienvenue à FONTAINE-FOURCHES


 INAUGURATION DU PONT "Pierre DELAHAYE




  Pierre Delahaye*, meunier au moulin de Tasuble (appelé communément moulin de la Folie), est né en 1902 à Jutigny, en S. & M..
  Son père, Alexandre, artisan meunier 
au moulin de Tamnoy à Fontaine-Fourches en 1906, s'est rendu acquéreur, en 1923, du moulin de Tasuble (appelé communément moulin de la Folie - cf étymologie) dont Pierre poursuivra l'exploitation jusqu'en 1943.
  Dès le 1er Décembre 1941, il est devenu membre du réseau Action, au sein du mouvement « Ceux de La Libération », créé en novembre 1940. Entre 1941 et 1943, en tant que chef de groupe, il assura des liaisons pour transmettre des renseignements, élaborant des faux papiers pour des évadés et participant à la reconnaissance et à l’homologation de terrains de parachutage.
  Arrêté en septembre 1943, sur dénonciation, il est désigné au convoi exceptionnel des déportés tatoués du 27 avril 1944, transport parti de Compiègne le 27 avril 1944.
  Interné et tatoué à Auschwitz, (matricule 185408), il a trouvé la mort au camp de Flossenbürg.
 "Par arrêté du secrétaire d'État aux anciens combattants en date du 28 janvier 1988, il est décidé d'apposer la mention
« Mort en déportation » sur son acte de décès
(Journal officiel de 1988 : pages 03200-03202)"
 
Son action dans la résistance lui a valu d'être élevé, à titre posthume, au grade de lieutenant.
* 1 [accès, à l'index "le village-histoire" à une monographie plus détaillée]
  2
[accès direct, à l'index "le village-état civil & généalogies - monographies", à sa généalogie familiale]
                                                              La cérémonie
  Xavier LAMOTTE, maire de FONTAINE-FOURCHES, remercia les personnalités qui ont répondu à son invitation et excusa les absents.
            
De g. à d., au 1er plan : MM.Xavier LAMOTTE, maire de Fontaine-Fourches-Christian JACOB, député maire de Provins-Thierry BARON, sous-préfet de Provins.  
Deriière : Mme Michel DELAHAYE  - M Michel DELAHAYE (assis) - M. Claude DELAHAYE  (peu visible derrière Xavier LAMOTTE) - M. Christophe DHAM -
 M. le  Délégué Militaire de l’Aube.
 A l'arrière-plan : M. Pierre BALAS et Mme Christine BALAS - M.Christian TRICHE.
 
                 Puis il invita M. Henri BACKMANN et Mme Annie LAVOT à rejoindre le groupe des invités d'honneur.
 
 De g. à d., au 1er plan, assis : M. Henri BACHMANN (engagé volontaire en 1941- rallia les Forces Françaises libres [FFL] d'Afrique du Nord en passant par l'Espagne après un internement dans les prisons franquistes - combattit dans l'Armée d'Afrique(1943) et dans le corps expéditionnaire français au Monte  Cassino (mai 1944); participa au  débarquement de Provence (15 août 1944) ; démobilisé en Alsace(1945).
 Debout, derrière, ceinte de son écharpe tricolore : Mme Annie LAVOT, maire de Soignolles-en-Brie, fille de M.TETROT(instituteur engagé dans la Résistance).
                                   Accès au texte de l'allocution de M.Xavier LAMOTTE, maire de Fontaine-Fourches
           Ensuite, Christian Triché, maire de La Louptière-Thénard, a brossé le portrait du résistant Pierre Delahaye
                                       
Allocution de M. Christian Triché, maire de la Louptière -Thénard  [EXTRAITS][...] 
  Pierre Delahaye fut un vrai Résistant : entre 1941 et 1943, en tant que chef de groupe, il va assurer des liaisons, faire élaborer des faux papiers avec l’aide de M. Tétrot, instituteur et secrétaire de mairie à Fontaine-Fourches, dont la fille se trouve parmi nous aujourd’hui.*
   Il va également participer à la reconnaissance et à l’homologation des terrains de parachutage avec M. Camille Mathelin, électricien et chef de réseau à Nogent sur Seine, et un officier anglais. J’en profite pour saluer la présence à cette cérémonie de M. Pierre Espargillière de Nogent, qui fut membre de ce réseau. Pierre Delahaye participe également à des émissions clandestines par radio avec l’Angleterre et recueille des pilotes anglais abattus au dessus de la France pour les aider à regagner la Grande Bretagne. A partir de  1943,  l’instauration du Service du Travail Obligatoire amène de nombreux jeunes, qui refusent de partir travailler en Allemagne, à devenir réfractaires puis rejoindre les Maquis et c’est tout naturellement que Pierre Delahaye sera amené à en soustraire un certain nombre aux recherches allemandes. Il deviendra membre du Réseau Vengeance, ce mouvement ayant fusionné avec Ceux de la Libération en Juin 1943. […]
   Le nom de code du terrain [utilisé pour le parachutage des armes.NDR] situé à proximité du moulin était « Abeille ». […] ce terrain était utilisé non seulement pour les parachutages  mais aussi comme terrain d’atterrissage et, le 24 Octobre 1943, 3 hommes vont s’envoler pour Londres. Parmi ces derniers, le délégué du mouvement « Ceux de la Libération » à  l’Assemblée Consultative d’Alger, M. Julien Gadet, alias Yacinthe Azaïs, qui a été caché une dizaine de jours chez M. Tétrot. […]
   Quelques jours plus tard, Pierre Delahaye est arrêté par la Gestapo sur dénonciation […]
   Pierre Delahaye […] a donné sa vie pour cette France que le Général de Gaulle  saluait en ces termes, le 25 Août 1944 :     la seule France, c'est-à-dire la vraie France, la France éternelle.»
                           Accès au TEXTE INTEGRAL de l'allocution de M. Christian Triché, maire de la Louptière -Thénard
*  Madame Annie Lavot , maire de Soignoles-en-Brie, fille de l'instituteur et résistant M. Tétrot
Puis, M. Christophe Dham, maire et conseiller général de Villenauxe-la-Grande, vice-président de l'Amicale des déportés du 27 avril 1944, a longuement évoqué l'histoire du convoi des déportés tatoués du 24 avril 1944 (le 3ème convoi de non-juifs directement allé à Auschwitz) et la déportation de Pierre Delahaye au camp de Flossenbürg, suscitant dans le public une grande émotion.
                                 
                               Enfin, Christian Jacob, député maire de Provins, a conclu cette série d'hommages.
                  
                           Source : la photothèque du site du député de la 4ème circonscription de S. & M.  < accès à la page >
                                                 Texte de l'allocution de Christian JACOB non communiqué
                                        
            Les plaques commémoratives furent alors dévoilées, en présence des fils de Pierre Delahaye, Michel et Claude.
 
Michel et Claude DELAHAYE
Hommage aux combattants et salut à la mémoire des disparus, furent rendus par les porte-drapeau.
                   
   La foule se recueillit durant la minute de silence qui suivit la sonnerie aux morts que les musiciens des fanfares de Sergines et de Traînel firent suivre de la Marsellaise et du chant des partisans.
                      
        Les musiciens des fanfares de Sergines et de Traînel, placés sous la direction de Michel Condaminet
  M.Balas propriétaire du moulin, évoqua, enfin, la mémoire de Pierre Delahaye et du poète Robert Desnos, son compagnon d'infortune, dans le convoi des déportés tatoués du 27 avril 1944, transport parti de Compiègne le 27 avril 1944. 
 
Allocution de M. Pierre Balas :
  « Les bourreaux, les auxiliaires de la mort,les agents de la barbarie, terminent irrémédiablement dans les poubelles de l’histoire. Leurs victimes au contraire ne meurent jamais.
  La preuve : nous fêtons ce matin Pierre Delahaye, victime de la barbarie nazie.
  Nous le fêtons à l’occasion de l’inauguration de ce pont auquel nous avons donné son nom.
  Un pont sur une rivière, ça n’est pas un édifice anodin. Il permet aux hommes des deux rives de se rencontrer, de communiquer, de mieux se comprendre, et peut-être de s’aimer.
  Dans le convoi ferroviaire qui conduisait ces 1.700 hommes de Compiègne à Auschwitz- Birkenau, il y avait avec Pierre Delahaye, un homme dont le nom est Robert Desnos.
  Robert Desnos était un très grand poète.
  Il disait, ou plutôt il écrivait, quelques mois avant son arrestation par la Gestapo, que les peuples d’Europe pouvaient se comprendre à travers leurs langues différentes, s’ils utilisaient le langage de la Liberté.
  La Liberté. Pierre Delahaye et Robert Desnos étaient les combattants de la Liberté.
  Robert Desnos n’est pas mort, car les poètes non plus ne meurent jamais.»
 M. le maire et M. BALAS prient alors toutes les personnes présentes de s'approcher du buffet dressé sous un barnum et de profiter d'un agréable moment de convivialité et de fraternité, qui fut apprécié de toutes générations confondues.

                                  Stèle placée pour mémoire, à l'entrée du domaine du Moulin de Tasuble (dit "de la Folie")
A
ctualités
        
Annexe 1 :                     
Revue de presse
- Article publié conjointement le 22 septembre 2010 - dans le journal Libération-Champagne et  dans le journal L'Est-Eclair
                                                                                                     " Hommage au résistant Pierre Delahaye"  <accès au texte & aux fac-similés>
- Article publié le 4 octobre 2010 - dans le journal
La République de Seine et Marne
                                                                          "Le nouveau pont dédié à Pierre Delahaye" <accès au texte & au fac- similé>
Les discours < accès aux textes >
Annexe 2
Les moulins de Fontaine-Fourches :- sur l'Orvin : Le moulin de Tasuble (ou de la Folie) - Le moulin de la Jalousie - Le moulin de Tamnoy
                                                  
- sur le ruisseau de Charriot : le moulin de l' huilerie 
RETOUR   Page "FONTAINE-FOURCHES - lle village : histoire"